COP26 : les raisons de ne pas sombrer dans un catastrophisme climatique

·1 min de lecture

La COP26 s'ouvre ce dimanche, à Glasgow. 30.000 experts, diplomates, lobbyistes et autres militants sont attendus ces deux prochaines semaines. 120 chefs d'Etat seront au rendez-vous, même si on remarquera surtout les absents, au premier rang desquels Xi Jinping et Vladimir Poutine. Les enjeux de cette COP26 sont absolument colossaux. Mais si de nombreux indicateurs sont dans le rouge, il reste néanmoins quelques raisons d'être optimiste.

Climat : de nombreux signaux négatifs à l'aune de la COP26...

Si on regarde les indicateurs environnementaux, clairement, ils ne sont pas bons. La situation est même catastrophique. Le réchauffement est plutôt sur une pente de 2,7 degrés que de 1,5 °C. Les émissions carbone sont supérieures à ce qui était prévu et la baisse n'est pas suffisante par rapport aux engagements. On voit déjà toutes les conséquences que l'on peut mesurer qui sont tangibles : la fonte des glaciers, la baisse de biodiversité, la multiplication des incendies, la montée des mers, les événements extrêmes, les pénuries d'eau.

>> L'ENTRETIEN -Bertrand Piccard a 1.000 solutions pour le climat

Tout ceci, d'ailleurs, a déjà des coûts économiques, notamment pour le secteur des assurances. Il faudrait accroître nos objectifs de réduction de carbone, alors même qu'on n'a pas été capable d'atteindre ceux qui avaient été pris, notamment lors des accords de Paris.

Mais est-ce qu'il faut sombrer dans un catastrophisme de bon aloi ? Non, pas du tout. En réalité, si on regarde ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles