COP26 : le pacte de Glasgow maintient "en vie les objectifs de l'accord de Paris"

·1 min de lecture

Les attentes étaient importantes. Après deux semaines de discussions, de négociations, les 200 pays réunis à la COP26 dont la France ont adopté un texte commun, le "pacte de Glasgow". Pourtant, les résultats de cette COP26 s'avèrent pour beaucoup décevants. "Je veux simplement dire à tous les délégués que je m'excuse pour la façon dont ce processus s'est déroulé, je suis profondément désolé", a déclaré Alok Sharma, le président britannique de la COP26.

Une décision prise au forceps

"Je comprends également la profonde déception, mais je pense que, comme vous l'avez noté, il est également vital que nous protégeons cet accord", a-t-il poursuivi, les larmes aux yeux. L'adoption définitive du texte est intervenue samedi, avec plus d'un jour de retard. En cause, une dernière ligne droite difficile qui s'est jouée entre les grandes puissances : les Américains et les Européens face à la Chine et l'Inde. Ces derniers ont modifié, à la dernière minute, une phrase clé sur la sortie du charbon. On ne parle plus donc que de simples réductions de cette énergie très polluante. 

Pourtant, cette COP26 a été marquée par la signature d'un accord, notamment par la France, de mettre fin aux financements à l'étranger de projets d'exploitation d'énergies fossiles d'ici à la fin 2022. 

Maintenir les objectifs de l'accord de Paris

La Commission européenne a, elle, estimé que le "pacte de Glasgow" adopté samedi par les 200 pays de la COP26 avait "maintenu en vie les objectifs de l'accord de Paris", c'es...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles