COP26 : « L’acidification des océans est une véritable épée de Damoclès »

·2 min de lecture

Catherine Jeandel, chercheuse du CNRS au Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales, nous parle des océans et de leur fonctionnement.

Futura : Quels sont les principaux impacts des activités humaines sur l’océan ?

Catherine Jeandel : Les océans sont affectés par trois types d’impacts dont deux sont directement liés aux émissions de CO2 : le réchauffement climatique (dû à l’augmentation de l’effet de serre), les émissions de CO2 (hors effet de serre) qui touchent tout l’océan, enfin les pollutions plus locales même si on les retrouve sur toute la surface des mers, que ce soit par les plastiques, les métaux ou les hydrocarbures. J’étudie l’océan et son fonctionnement avec les outils de la géochimie. C’est une discipline qui utilise les propriétés des éléments chimiques pour suivre les circulations des masses d’eau, quantifier la soustraction du carbone par l’activité biologique ou d’autres phénomènes comme l’acidification ou les pollutions marines.

Le réchauffement climatique pourrait transformer jusqu'à 95 % de la surface des océans d'ici 2100

Futura : Que sait-on aujourd’hui de l’impact du réchauffement climatique sur les océans ?

Catherine Jeandel : Plus de 90 % de la chaleur émise depuis 1850 est stockée dans les océans, dans les 1.000 premiers mètres : ce sont eux qui encaissent l’augmentation de la chaleur de la Terre car les sols n’en sont pas capables. Or, si notre climat est relativement stable depuis la fin de la dernière période glaciaire, c’est grâce à un équilibre qui s’est établi entre océan et atmosphère. L’acteur majeur de ces échanges est une vaste circulation océanique entre la surface et les profondeurs : une immense boucle de courants marins que l’on appelle la circulation thermohaline. Ce phénomène est lié aux différences de densité de l’eau de mer, elles-mêmes dues à des différences de température et de salinité des masses d'eau. Cette circulation transporte d’énormes flux d’énergie d’un bout à l’autre du globe. C’est facile de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles