COP26 : les engagements des États limitent la hausse des températures en dessous de 2°C

·2 min de lecture

Les "contributions déterminées au niveau national" remises par les pays signataires de l’accord de Paris permettent de limiter le réchauffement de la planète à moins de 2°C. Mais l’effort reste insuffisant pour éviter des conséquences néfastes sur les activités humaines. De notre envoyé spécial à Glasgow.

Les bonnes nouvelles sur le front du climat sont suffisamment rares pour saluer celle-ci. D’autant qu’elle est d’importance. des États, si elles sont effectivement respectées, amènent à une hausse contenue des températures entre 1,8 et 1,9°C à la fin du siècle. Prévues par , les NDC décrivent les actions de réduction des émissions ou de préservation des puits de carbone que les pays entendent mettre en œuvre pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre sur leur territoire. Deux sources au moins confirment cette bonne nouvelle : l’organisme spécialisé et

Pris à la COP26, un engagement à réduire les émissions de méthane

Pour "Climate ressource", la COP26 est "un moment historique". La bascule a effectivement eu lieu les 2 et 3 novembre 2021 quand les chefs d’État et de gouvernement se sont succédé à la tribune du centre de conférence de Glasgow. Deux États ont fait la différence : la Chine et l’Inde. Juste avant la COP, de réduire son intensité énergétique (la quantité d’énergie nécessaire pour produire un bien) de 65% d’ici à 2030 et d’atteindre la neutralité carbone en 2060. Le Premier ministre indien Narendra Modi a, lui, fait le voyage pour annoncer un investissement massif dans les énergies renouvelables dans la décennie qui vient et . C’est ce qui explique que l’on soit passé d’une évaluation à +2,7°C début octobre dans le rapport de l’ONU sur le à celle d’aujourd’hui à 1,9°C selon l’organisme scientifique. Le résultat pourrait même être bien meilleur. Selon l’aveu même de l’auteur principal de l’étude, Malte Meinshausen,"Climate ressource" n’a pas eu le temps d’intégrer lors de la COP26 avec un objectif de -30% en 2030. , la baisse des émissions du deuxième gaz à effet de serre en volume derrière le CO2 pourrait faire gagner 0,3°C supplémentaire.

Pour éviter des catastrophes futures, il faut tout faire pour rester en dessous de 1,5°C

Dans les couloirs de la COP, le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, a confirmé que ses services tombaient eux [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles