COP26 : la dernière chance ?

·1 min de lecture

L’équation est simple : les pays ont huit ans pour diviser par deux leurs émissions de gaz à effet de serre. Les scientifiques ont donné 2030 comme échéance pour éviter le chaos climatique.

Les inondations, les feux de forêt, la sécheresse, la fonte des glaces : les preuves physiques du réchauffement climatique sont bien là.

Alors, à Glasgow, les nations du Nord comme du Sud doivent s’engager à faire mieux que ce qu’elles ont promis il y a six ans à Paris, lors de la COP21, où l’objectif fixé était de limiter la hausse du thermomètre mondial à 1.5°C. Pour l’instant, nos promesses mènent à 2.7°C.

La tâche est immense et les conflits entre gros pollueurs historiques et pays en développement sont bien ancrés.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles