COP26 : La bataille du charbon

·2 min de lecture

À quelques jours du sommet de Glasgow, la reprise économique et les pénuries ralentissent encore la transition énergétique.

Une file de semi-remorques remplis de charbon s’achemine depuis la Mongolie vers la Chine, freinée à la frontière par les restrictions sanitaires. Ces ralentissements ne contrarient pas que les chauffeurs, payés à la livraison. La Chine, qui importe depuis ce pays frontalier 35 millions de tonnes de charbon par an, a prévu d’augmenter cette quantité de 50%, une mesure parmi des dizaines d’autres pour tenter d’endiguer la pénurie. Elle ne parvient plus à enrayer la hausse des prix de ce combustible –qui représentait 58% de sa consommation totale d’énergie en 2019– ni à satisfaire la demande. Ses usines, affectées par des coupures d’électricité, ralentissent leur production.

Alors que la COP26 va s’ouvrir à Glasgow le 31 octobre, ces camions rappellent la dépendance aux énergies fossiles. Ils sont d’autant plus symboliques que la Chine, en émettant 28% du CO2 mondial, peut jouer un rôle majeur dans la lutte contre les dérèglements climatiques. Quelques avancées sont notables depuis 2015, comme l’annonce par la Chine le mois dernier qu’elle cesserait de financer des nouvelles centrales à charbon à l’étranger ou la chute des projets de construction de telles centrales dans le monde de 76%. Néanmoins, la transition vers un monde décarboné est poussive. «Trop lente», tranche même l’agence internationale de l’énergie, dont le directeur Fatih Birol appelle à investir massivement dans les énergies propres. Le retard pris vient d’être chiffré. L’ONU a compilé les plans énergétiques nationaux : dans leurs annonces, les gouvernements prévoient en 2030 de produire 110% de combustibles fossiles et 240% de charbon en trop par rapport à ce qui pourrait limiter le réchauffement à 1,5 degré en 2100.

"A des années-lumière d'atteindre(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles