COP25 : le progrès technologique serait responsable du réchauffement climatique pour 50 % des Français

Nathalie Mayer, Journaliste

Alors que les représentants de tous les pays du monde sont réunis à Madrid pour la COP 25, la moitié des Français avoue – dans un sondage OpinionWay – voir dans le progrès technologique, l'une des causes de la crise climatique que nous vivons actuellement. Tentons, avec l'aide de Pierre Toulhoat, président du pôle Environnement et impact du changement climatique à l’Académie des technologies, de démêler le vrai du faux de cette opinion.

Futura : Que vous inspire le fait que la moitié des Français – et un peu plus encore de jeunes – voient dans le progrès technologique, l’une des causes du changement climatique ?

Pierre Toulhoat : Il y a une part de vrai dans cette affirmation. À lui seul, le streaming vidéo – l’usage de YouTube ou de Netflix, par exemple – représente, dans le monde, 1 % des émissions de CO2. Cela équivaut tout de même aux émissions d’un pays comme l’Espagne. Parce que les fichiers dont il est question sont lourds – de plus en plus lourds, même – et que leur échange consomme donc une grande quantité d’énergie. Ainsi, partout où le progrès technologique réclame une forte consommation énergétique, il contribue effectivement au réchauffement climatique.

Futura : Un autre tiers des Français pense tout de même que le progrès technologique permet de lutter contre le réchauffement climatique...

Pierre Toulhoat : Ceux-là sont aussi dans le vrai. Beaucoup de recherches sont menées partout dans le monde dans ce sens. Pour développer des sources d’énergie moins émettrices de CO2, évidemment.


Plus de 50 % de la population mondiale estime que le nucléaire produit du CO2 (chiffre observatoire international climat et opinions publiques/EDF/Ipsos). « C’est vrai si l’on considère l’ensemble du cycle de production d’électricité nucléaire, comme ce serait vrai aussi concernant le solaire ou l’éolien. Mais c’est sans commune mesure avec les émissions dues à la production d’électricité par des centrales à charbon ou au gaz, par exemple », précise Pierre Toulhoat. ©...

> Lire la suite sur Futura