COP25 : organisation éclair à Madrid

Sauver l'accord de Paris sur le climat. C'est l'un des enjeux de la COP25 qui débute ce lundi à Madrid. Au rythme actuel, l'engagement à maintenir le réchauffement sous la barre des 2, voire des 1,5 %, ne sera pas tenu. C'est donc un relèvement des objectifs qui est attendu.

En amont, Madrid a relevé un tout autre défi : organiser la COP en quelques semaines , après la défection du Chili en proie à un mouvement de contestation . Le Chili n'en présidera pas moins la conférence. Et c'est tout naturellement, confie le diplomate Jose Manuel Albares, que le choix de l'Espagne s'est imposé.

« L'élément fondamental a été le souhait du Chili en faveur de l'Espagne, l'amphitryon a décidé que l'Espagne était la mieux placée, explique-t-il. Le deuxième élément a été la proximité, le fait que nous appartenions à la communauté ibéro-américaine. C'était à l'Amérique latine d'accueillir la COP et l'Espagne était la plus proche des Latino-américains. Le troisième facteur a été l'engagement de l'Espagne en faveur du multilatéralisme. »

25.000 participants venus de près de 200 pays sont attendus. Une manne pour l'économie madrilène mais aussi une incitation parmi les entreprises à faire plus pour pour limiter leur empreinte carbone. C'est en tout cas ce qu'assure Cristina Rivero, représentante du patronat.

« Les entreprises de tous les secteurs ont fait un point pour savoir où elles en étaient en termes d'impact climatique, dit-il. C'est que je dis aux consommateurs qui nous interrogent de plus en plus sur le sujet. Et au niveau de la sensibilisation de la population, je crois que c'est aussi important d'accueillir le sommet à Madrid. Depuis l'annonce, on en parle tous les jours aux actualités. Sans cela, le niveau de sensibilisation ne serait pas le même. C'est quelque chose de très positif. »

La COP25 se tient jusqu'au 13 novembre. Elle a été précédée la semaine dernière d'une résolution du Parlement européen sur l'urgence climatique.