COP 27 : la délégation allemande s'est « sentie surveillée » par la police égyptienne

© Khaled DESOUKI / AFP

Tandis que depuis le 6 novembre dernier, la COP 27 est organisée en Égypte, l’ONU a annoncé ce lundi l’ouverture d’une enquête sur de possibles violations du code de conduite de la part de la police locale. Plusieurs manifestants se sont plaints d’interrogatoires et de filatures, tandis que l’Agence France-Presse a assuré que la délégation allemande présente sur place s’était sentie « surveillée ».La police égyptienne s’est donc retrouvée sous le feu des critiques depuis le début de ce sommet international.

Une source diplomatique allemande a indiqué à l’AFP que « la délégation allemande a porté plainte parce qu'elle s'est sentie surveillée. Il y a eu des discussions avec la partie égyptienne ».

Liane Schalatek, la directrice de la fondation politique Heinrich Boell, a aussi raconté à la télévision allemande les particularités qu’elle avait notées concernant le dispositif de sécurité local. Elle aussi s'est sentie « surveillée et beaucoup moins à l'aise qu'à toutes les COP précédentes. Quand on réserve une salle pour des réunions de discussions de la société civile, les caméras du soutien technique sont toujours braquées sur les visages des participants », a-t-elle affirmé dans des propos repris par l’AFP. « C'est inhabituel et inutile. On ne peut pas écarter la possibilité que tout soit enregistré ».

L’Égypte conteste les accusations

Du côté du gouvernement égyptien, on nie toutes accusations d’espionnage. Waël Aboulmagd, le représentant du gouvernement lors de la COP 27, a n...


Lire la suite sur LeJDD