Convoi de la liberté: après les camionneurs, les motards appellent à manifester au Canada

·2 min de lecture
Des camionneurs à Ottawa, le 5 février 2022.  - MINAS PANAGIOTAKIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Des camionneurs à Ottawa, le 5 février 2022. - MINAS PANAGIOTAKIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Des centaines de motards canadiens ont prévu de manifester à Ottawa ce week-end au nom de la "liberté", comme l'avaient fait en février les camionneurs opposés aux mesures sanitaires, mais la police a prévenu que le centre de la capitale leur serait interdit.

Les premiers motards devraient arriver à Ottawa vendredi et une grande manifestation est prévue samedi, d'après des informations postées sur le site du mouvement. Ce rassemblement inquiète les autorités à peine deux mois après la fin de la crise des camionneurs, qui a paralysé le centre d'Ottawa pendant trois semaines et forcé le gouvernement Trudeau à utiliser des pouvoirs exceptionnels pour les déloger.

Les véhicules à moteur interdits dans plusieurs coins de la ville

Lundi, la police d'Ottawa a indiqué avoir mis en place un "dispositif opérationnel amélioré" pour encadrer la manifestation et rappelle que le centre de la capitale est dorénavant interdit aux manifestations.

"Nous n'autoriserons pas (la création) de conditions dangereuses ou illégales qui pourraient entraîner une autre manifestation illégale comme celle que nous avons connue en février", indique la police.

Elle interdira les véhicules à moteur dans plusieurs secteurs de la capitale, notamment les alentours de la colline du Parlement qui avaient été occupés par les camionneurs.

Une commission d'enquête sur les mesures d'urgence

Dans plusieurs vidéos sur YouTube, les organisateurs qui se disent "frustrés" comme "le reste du Canada" mettent en garde les autorités. "Monsieur le Maire, si vous regardez ceci, des milliers de personnes arrivent dans votre ville. Il pourrait y avoir plus d'un millier de motos", a mis en garde un militant nommé Neil qui ne donne pas son nom de famille.

Le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé lundi la création d'une commission pour enquêter sur le recours l'hiver dernier à la loi sur les mesures d'urgence, une loi qui confère des mesures exceptionnelles et qui a été utilisée pour la seconde fois seulement en temps de paix au Canada afin de résoudre la crise des camionneurs.

Pendant près d'un mois en février, des centaines de camionneurs ont occupé le coeur de la capitale pour protester contre l'obligation d'être vacciné pour traverser la frontière entre le Canada et les États-Unis. Cette contestation appelée "convoi de la liberté" s'est ensuite élargie à d'autres pays et visait à protester contre les mesures sanitaires dans leur ensemble.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles