Publicité

« Des convictions, ça se défend » : Aurélien Pradié persiste après avoir été démis de ses fonctions chez LR

La décision d’Éric Ciotti n’arrêtera pas Aurélien Pradié et son opinion sur la réforme des retraites. Ce samedi, le vice-président du parti Les Républicains (LR) a été démis de ses fonctions, « ses prises de position répétées n’étant plus conformes avec les valeurs de cohérence, d’unité et de rassemblement qui doivent guider la droite républicaine », avait annoncé plus tôt ce samedi le président du parti Éric Ciotti. Malgré son éviction, Aurélien Pradié persiste. Sur Twitter, le député du Lot a rappelé : « Le seul sort qui compte, c’est celui des Français pour lesquels nous sommes engagés. Des convictions, ça se défend. Sans relâche. »

Les carrières longues, sujet de désaccord

Le numéro 2 du parti réclamait à ce que toute personne entrant sur le marché du travail avant 21 ans puisse prendre sa retraite à taux plein après avoir cotisé 43 annuités, sans que l'âge légal de départ constitue une barrière. Le groupe Horizons rejoint d’ailleurs la prise de position d’Aurélien Pradié sur ce point. Les députés du parti d’Édouard Philippe ont déposé un amendement à quelques heures de la fin des débats à l’Assemblée nationale vendredi. Comme Aurélien Pradié, ils réclament 43 ans de cotisation maximum pour ceux qui ont commencé à travailler tôt et ceux éligibles au dispositif carrières longues. « Si même les députés de la majorité rejoignent cette bataille, alors nous devrions la gagner », a commenté Aurélien Pradié à ce sujet sur Twitter.

À lire aussi Qu’est-ce que le départ...


Lire la suite sur LeJDD