Convention citoyenne : des participants entre "vigilance" et "amertume" face au devenir de leurs propositions

Louis San, Atelier des modules
·1 min de lecture

La Convention citoyenne sur le climat (CCC) a-t-elle du plomb dans l'aile ? L'association Les 150, qui réunit les 150 personnes qui y ont participé, a relayé, mardi 3 novembre, une pétition du réalisateur engagé en faveur du climat Cyril Dion, demandant à Emmanuel Macron de tenir ses promesses.

Parmi les 150, certains citoyens font part de leur déception, de leur méfiance ou de leur amertume quant au devenir de leurs propositions. Ils expriment leur préoccupation après que Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, a présenté, fin octobre, aux membres de la CCC et à des élus "l'architecture" de la future loi qui doit reprendre une partie des propositions de la Convention.

Pour illustrer la vigilance qui l'anime, Sylvain Burquier, du groupe de travail "Produire et travailler", pointe notamment le changement concernant le malus sur les voitures lourdes, notamment les SUV. En résumé, la CCC souhaitait "renforcer très fortement le malus sur les véhicules polluants et introduire le poids comme un des critères à prendre en compte". Elle réclamait une taxation de 10 euros par kilo au-delà de 1 400 kg. Le gouvernement a finalement décidé d'élever le seuil, pour que ne soient concernés que les véhicules de plus 1 800 kg.

Isabelle Autissier, présidente du WWF France, critique ce changement : "1 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi