Convention citoyenne sur le climat : pourquoi Emmanuel Macron dit oui à un référendum

Le chef de l’État s’était dit prêt à un référendum après la Convention citoyenne pour le climat. L’est-il toujours ? "Plus que jamais, avec aussi l’idée de capter le vote écologiste", répond la journaliste Anne Bourse, en duplex de l’Élysée, à Paris. "Le chef de l’État avait parlé d’un référendum dès le mois de janvier. Avec la crise du coronavirus et le nouveau chemin qu’Emmanuel Macron veut tracer, le référendum reste sur sa liste des outils privilégiés", ajoute-t-elle. Une manière de relancer son quinquennat "Ce référendum pourrait être à questions multiples. Une façon d’éviter un vote sanction contre le président. Il sera difficile pour ses adversaires de s’opposer à des questions environnementales. En revanche, pour Emmanuel Macron, cela peut lui permettre de faire taire les critiques sur son manque d’ambition politique en matière écologique et relancer son quinquennat. Le président recevra le 29 juin à l’Élysée les citoyens qui ont participé à cette convention, avec des annonces ce jour-là. C’est aussi l’occasion pour le président de la République de faire oublier l’éventuelle poussée des écologistes la veille, lors du second tour des élections municipales", conclut Anne Bourse.