Pour contrer une invasion de crabes enragés, une distillerie américaine les transforme en whisky

Pour contrer une invasion de crabes enragés, une distillerie américaine les transforme en whisky (slate.fr)

Un Crab Trapper on the rocks, s'il vous plaît.

Également connu sous le nom de «crabe vert», le crabe enragé doit son sobriquet à sa réputation d'animal pour le moins vindicatif: lorsqu'il se sent menacé, il se dresse sur ses pattes, pinces vers le haut.

Aussi adaptable que vorace, cet arthropode considéré comme invasif par les organismes spécialisés est tenu responsable du déclin de certaines espèces de mollusques bivalves et de crabes. Il faut dire que chaque crabe enragé gobe une quarantaine de palourdes par jour et pond plus de 185.000 œufs par an, comme l'indique Insider.

Les crabes enragés pullulent actuellement en Nouvelle-Angleterre, région du nord-est des États-Unis englobant six États (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island et Vermont). Face à une invasion qui inquiète les locaux et les spécialistes des fonds marins, une entreprise a décidé de contre-attaquer.

Dans le New Hampshire, la distillerie Tamworth (du nom de la ville où est situé son siège) vient en effet de mettre au point un whisky à base d'infusion de crabe vert.

Délicieux envahisseurs

Nommé «Crab Trapper», le breuvage en question est composé d'un bourbon 4 ans d'âge distillé à l'aide de résidus de crabes enragés. Produire 100 litres de ce whisky nécessite «environ 40 kilogrammes de crabe, soit plus d'un millier de ces saletés», explique Steven Grasse, le propriétaire de la distillerie.

Ce dernier précise qu'un mélange de huit épices est également utilisé pour donner une saveur optimale au produit –les mêmes qui sont employées pour faire cuire les crustacés à des fins culinaires.

Lire la suite sur Slate.fr.

VIDÉO - Des crabes géants au Belize

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles