Contre les violences policières, une manif, plusieurs familles

Libération.fr

Des milliers de personnes ont défilé dimanche à l’appel d’organisations hétéroclites, mais pas la famille d’Adama Traoré.

Balle de foot au pied, jogging bleu et coupe de cheveux dans le genre de celles des rappeurs de PNL, un ado, la quinzaine, se demande ce qu’il se passe au loin. De là, on n’aperçoit que les gyrophares des camions de gendarmes mobiles. Il s’approche et voit un cortège avancer. Une banderole ouvre la marche avec les figures et les noms de plusieurs hommes tués ou blessés lors d’interventions des forces de l’ordre. En lettres blanches sur fond noir : «Stop à l’impunité policière». Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Paris dimanche, de Nation à République, pour la «justice et la dignité».

«Dépossédés». Cette marche, prévue depuis plusieurs mois, a été organisée par Amal Bentounsi, du collectif «Urgence notre police assassine». En 2012, son frère Amine a été tué d’une balle dans le dos par un agent. Ce policier a été condamné en appel il y a quelques jours à cinq ans de prison avec sursis. La thèse de la légitime défense a été écartée par la cour d’assises. «Une victoire», disait Amal Bentounsi après l’audience. Micro en main, elle est en première ligne aujourd’hui. «On va écouter les paroles de plusieurs familles de victimes de violences policières», annonce-t-elle. La mère d’Hocine Bouras, détenu tué par un gendarme lors d’un transfert entre la maison d’arrêt de Strasbourg et le palais de justice de Colmar, prend la parole. L’instruction avait conclu en septembre à un non-lieu. Dans le cortège, de nombreuses organisations sont représentées. On croise Lutte ouvrière, Solidaires, la Ligue des droits de l’homme, Attac, le DAL, mais pas SOS Racisme, qui n’a pas pris part à l’appel. Plusieurs de ces associations ont participé aux réunions préparatoires. Des politiques sont également là : Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle, Eric Coquerel, coordinateur du Front de gauche et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. Une présence (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Cinq ans après Merah, «la République n’oublie pas»
Site de rencontres
Macron VS Fillon La CULTURE FRANçAISE Les duels du débat Le Pen VS Fillon La sortie de l’euro LE PEN Vs Mélenchon LE DROIT DU SOL HAMON VS Mélenchon L’Union européenne Hamon VS Macron L’école HAMON Vs Fillon Les Fonctionnaires LE PEN Vs MACRON LE LIBRE ECHANGE
ETA : l’appel des Basques à Paris
C’est parti

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages