Contre toute attente, je me suis retrouvée veuve à 29 ans. Et puis j’ai découvert les liaisons de mon mari

Robyn Woodman
L’autrice

Je m’efforce de contenir le sentiment de panique qui m’envahit tandis que je jette des regards anxieux au groupe assis deux tables plus loin.

Mon petit ami est à côté de moi: il applaudit et pousse des cris d’encouragement, tandis qu’un de nos copains chante Rocket man, à tue-tête et très faux mais avec entrain. Inconscient de l’angoisse qui me serre le ventre, il pousse des huées au moment où la foule reprend en chœur le refrain. Je suis soulagée qu’il soit occupé. J’ai besoin d’un peu de temps pour élaborer une stratégie.

Cela fait sept mois que je dois faire face à des situations terriblement gênantes, alors je suis passée pro dans l’art de m’en sortir. Je dois me battre au quotidien contre la société de crédit, sourire poliment lors de conversations pleines de bonnes intentions mais qui me donnent envie de m’arracher les cheveux. Il en faut beaucoup plus pour me déstabiliser. Du moins, en apparence.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

Mais, là, c’est différent. Il n’y a pas de limite professionnelle. Mon ventre se noue alors que je risque un autre regard en direction du visage familier à deux tables de là. Nos yeux se croisent, et sa figure se tord de dégoût. L’angoisse me cloue sur ma chaise. J’ai trop peur de déguerpir, de crainte qu’il ne m’attrape le bras au passage, mais je suis trop affolée pour faire semblant de rien.

Parce que je suis avec mon petit copain, et je suis en train de fixer du regard le meilleur ami de feu mon époux.

Ces regards menaçants viennent de Tim, l’ex-coloc’ et partenaire de plongée de mon défunt mari. Il a l’air complètement soûl, et pas franchement ravi de me voir là. Un mélange de perplexité et de colère se lit sur son visage. Je ne peux pas dire que je lui en veux: vue de l’extérieur, je suis une jeune...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post