Contre les problèmes de dents, le réflexe antibiotique n'est pas toujours une bonne idée

·2 min de lecture

Deux revues Cochrane viennent questionner une pratique clinique assez répandue : la prescription d'antibiotiques en prophylaxie après une extraction dentaire et la prescription d'antibiotiques chez des patients ayant des maux de dents causés par une inflammation ou une infection à la racine. Que nous disent exactement ces revues de la littérature scientifique ?

Qu'en disent les praticiens ?

La première revue s'intéresse donc à l'extraction dentaire. « Cette revue ne nous dit rien de vraiment nouveau. Elle confirme les recommandations de l'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) sur le sujet, c'est-à-dire, qu'il n'y a pas besoin d'antibiotique en prophylaxie dans la population générale saine, sauf pour les dents incluses, ce qui est souvent le cas, comme précisé dans la revue, des troisièmes molaires [dents de sagesses, ndlr] », affirme Cyril Vidal, chirurgien-dentiste en endodontie à Poitiers et président du collectif fakemed.

Note : Nous avons aussi sollicité François Morel, stomatologue et chirurgien maxillo-facial à Rouen et vidéaste de la chaîne Primum Non Nocere, qui répondra à nos questions en début de semaine prochaine. L'article sera mis à jour à ce moment-là.

L'autre revue s'intéresse à la parodontite apicale. « C'est une inflammation du tissu de soutien de la dent à l'extrémité de sa racine. On retrouve des bactéries ou des résidus pulpaires dans le canal dentaire, ce qui cause une inflammation. Ce sont souvent des pathologies chroniques, c'est-à-dire qu'elles sont évolutives, parfois sans créer de douleurs », explique Cyril Vidal.

« Il n'y a aucune raison de prescrire des antibiotiques dans ce type d'affection, même chez les personnes immunodéprimées. Lorsqu'un abcès est présent non plus, étant donné qu'il témoigne justement de l'évacuation du pus et de la pression que subit la dent », soutient Cyril Vidal en se basant sur les recommandations de l'ANSM et sur cette nouvelle revue Cochrane. « Par contre, chez les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura