La contre-performance de Macron n’inquiète pas (trop) l’Ukraine

PHOTO VALENTYN OGIRENKO/REUTERS

L’Ukraine était encore sous le “charme” du passage à Kiev d’Emmanuel Macron, le 16 juin dernier. Comme le quotidien Siohodni (Segodnia), propriété de l’oligarque Rinat Akhmetov, qui s’est par exemple longuement étendu sur les tweets présidentiels favorables à l’Ukraine. Aussi le résultat des législatives du 19 juin y a-t-il été suivi de près. Si l’agence de presse Ukrinform annonce que “la coalition présidentielle remporte la victoire”, Oukraïnska Pravda livre une analyse plus nuancée et titre : “Macron perd la majorité absolue à l’Assemblée nationale au second tour des législatives.”

Le quotidien en ligne redoute que la “résurgence de l’ultra-droite et l’alliance des partis de la gauche ne compliquent la tâche d’Emmanuel Macron dans sa volonté de mettre en œuvre son ordre du jour en politique intérieure au cours de son second mandat”. Et poursuit : “Le sort du second mandat de Macron va dépendre des Républicains : parviendront-ils à s’entendre avec lui (et dans quelles conditions) ?”

Un second mandat tumultueux

Même affaibli, estime quant à lui Dzerkalo Tyjnia, “Ensemble restera le plus grand parti à l’Assemblée”. Mais “le résultat est un coup dur, dévastateur pour le président français”.

“Le groupe de Macron ne devance que légèrement l’alliance radicale de gauche de l’ancien trotskiste Jean-Luc Mélenchon, âgé de 70 ans.”

“Avant de se lancer la semaine dernière dans une tournée en Europe de l’Est, notamment en Ukraine, Macron avait appelé les électeurs à lui accorder une ‘majorité ferme’ pour assurer la stabilité en cette période trouble”, commente l’hebdomadaire, qui prédit :

“À cause de la contestation des ‘gilets jaunes’, du Covid, de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de la flambée de l’inflation qui en découle, le président de 44 ans a connu un premier mandat houleux. Le second risque d’être encore plus tumultueux.”

Une opposition prorusse, mauvais signe ?

Après cette “victoire à la Pyrrhus de Macron”, écrit encore Oukraïnska Pravda, Kiev doit être conscient que “dans l’opposition vont se retrouver des politiciens [français] anti-occidentaux et ouvertement prorusses”, lesquels, au lendemain de cette “revanche de Mélenchon après la présidentielle”, vont s’employer à “limiter les possibilités d’action du président”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles