Contre le terrorisme, Xavier Bertrand veut des peines de 50 ans de prison

Paul Guyonnet
·Journaliste
·2 min de lecture
Xavier Bertrand, ici photographié à Matignon en septembre dernier, a profité d'une apparition télévisée pour détailler son programme en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. (Photo: ALAIN JOCARD / AFP)
Xavier Bertrand, ici photographié à Matignon en septembre dernier, a profité d'une apparition télévisée pour détailler son programme en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. (Photo: ALAIN JOCARD / AFP)

TERRORISME - “On fait une guerre ou on fait pas une guerre?” Ce dimanche 25 avril, au sortir d’une séquence politique qui a notamment vu se succéder le procès en appel des agresseurs de policiers à Viry-Châtillon, la décision de la Cour de cassation au sujet du meurtre de Sarah Halimi et l’attentat contre le commissariat de Rambouillet, Xavier Bertrand -qui aspire à représenter la droite lors de la prochaine élection présidentielle- a déroulé sur LCI une partie de son programme en matière de sécurité.

Avec notamment au programme la bataille à mener contre le terrorisme. À ce sujet, l’actuel président de la région Hauts-de-France prône notamment l’instauration d’une peine incompressible de 50 ans de prison pour les individus qui seraient condamnés pour des faits terroristes.

“Quelqu’un qui commet un acte terroriste à 20 ans, je ne suis pas certain qu’à 50 ans, tout ce fanatisme islamique soit sorti de sa tête”, a déclaré l’ancien ministre du Travail sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. “Cinquante ans après, c’est plus la même chose. Et pendant ces cinquante ans, vous protégez les Français et la société française.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les mesures du gouvernement visant à allonger la surveillance des condamnés pour terrorisme de un à deux ans ou la création d’un algorithme pour repérer les dangers potentiels ne sont pas suffisantes, selon lui. Le président de la région Hauts-de-France, candidat à sa réélection, plaide pour une “réponse à la hauteur de ce que nous vivons” soit une succession d’actes de “barbarie” intimement liés ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.