Contre les débris dans l'espace, la nouvelle technique de la Chine

La Chine teste une
La Chine teste une

La Chine teste une "trainée de voile" pour éliminer les déchets spatiaux (Photo: Shanghai Academy of Spaceflight Technology)

ESPACE - La Chine vient de déployer un nouveau concept de “trainée de voile” afin de réduire les déchets spatiaux, nouveau fléau pour de la conquête spatiale. L’objectif est de désorbiter rapidement les débris restés en orbite, car sans aide, ils peuvent mettre jusqu’à plusieurs décennies à disparaître; dans ce laps de temps, les collisions dangereuses peuvent se multiplier.

La phase de test de cette “trainée de voile” a été réalisée le 4 juillet et nous pouvons l’apercevoir fixée à l’adaptateur de charge d’un débris de fusée pesant près 300 kg.

Cette voile de 25 m2 devrait perdre en altitude dans les deux prochaines années et ainsi permettre à ce morceau de fusée d’être désorbité. En étant attaché au débris de fusée, cela augmente la surface de l’engin, ce qui accroit la friction atmosphérique et accélère ainsi le processus de rentrée de l’appareil dans l’atmosphère. La réduction du temps passé en orbite réduit le risque de collisions.

Le 24 juin dernier, la Chine envoyait en orbite trois satellites depuis le centre de Xichang. Le lendemain, elle présentait dans le cadre d’une mission supplémentaire, cette voile de débarquement depuis la Shanghai Academy of Spaceflight Technology (SAST).

Un nouvel enjeu pour la Chine

Après avoir réussi sa première mission de nettoyage de déchets spatiaux en début d’année, la Chine expérimente ces “trainées de voiles” très prometteuses. Lors de cette première mission, les Chinois ont été les premiers à faire retomber un vieux satellite resté en orbite. L’objet a été désorbité et s’est désintégré dans l’atmosphère. Jusqu’ici, les missions de “nettoyage” de déchets spatiaux consistaient seulement à tester des équipements.

L’Agence spatiale européenne déplore des millions de déchets qui gravitent autour de la Terre. C’est l’équivalent de 9600 tonnes qui se déplacent à des milliers de km/h. De très loin, la Terre pourrait s’apparenter à Saturne, comme l’animation ci-dessus le laisse voir.

Depuis à peine 65 ans, l’Homme se rend dans l’espace et pourtant il s’apparente déjà à une poubelle. D’après une estimation réalisée par The Sattelite Encyclopedia, la Chine est responsable de 24% des déchets spatiaux derrière la Russie et les États-Unis. Bientôt à la conquête des déchets spatiaux ?

À voir également sur Le HuffPost: James Webb, le telescope spatial cartographe de notre univers

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles