Contre le coronavirus, l’Indonésie va vacciner en priorité les jeunes

·2 min de lecture

L’Indonésie a déjà reçu 1,2 million de doses en provenance de Chine, et s’apprête à vacciner en priorité les personnes âgées de 18 à 59 ans, dès janvier, à rebours des décisions prises pour l’instant par tous les pays ayant entamé leurs campagnes de vaccination.

De notre correspondante à Kuala Lumpur, Gabrielle Maréchaux

Le vaccin sera gratuit et en priorité réservé aux jeunes, promet le président indonésien Joko Widodo. Ce choix n’étonne pas l’épidémiologiste Dicky Budiman.

« Depuis le début, les essais cliniques du vaccin chinois réalisés à Bandung, ce choix était déjà là, de se concentrer sur ce groupe d’âge qui correspond aux personnes en âge de procréer. D’abord, sans doute, car le gouvernement veut être sûr que ces personnes qui ont l’âge d’être parents soient à l’abri du virus, et puissent participer à la relance économique du pays, aux activités sociales. Et puis, aussi car ce groupe était sans doute le choix de la sécurité, avec un risque minimum d’avoir des effets secondaires ou les plus sérieuses complications », explique-t-il

La plupart des asymptomatiques parmi les jeunes

Population la plus mobile, donc la plus apte à contaminer autour d’elle, cette population est celle chez qui le coronavirus peut être le plus dur à diagnostiquer. « Les données montrent que la plupart des cas asymptomatiques se situent dans ce groupe. Donc cela peut être une bonne décision de leur donner la priorité sur le vaccin pour contrôler la pandémie », poursuit l’épidémiologiste.

►À lire aussi : Covid-19 en Indonésie: des scientifiques inquiets de l'utilisation prématurée du vaccin chinois

Si ce parti-pris de la jeunesse semble pour l’instant bien accepté par la population, l’enjeu majeur pour Dicky Budiman est plus vaste : s’assurer que le pays peut faire confiance au vaccin chinois. Pour cela, l’ouléma du pays est par exemple en passe de décréter le vaccin halal.