Contre le Ceta et la malbouffe, "la désobéissance civile et la non-violence sont les armes des citoyens", selon José Bové

franceinfo

"Il va falloir que les citoyens se mobilisent et inventent de nouvelles actions", a déclaré lundi 12 août sur franceinfo José Bové, cofondateur de la Confédération paysanne et ancien député européen (EELV). Au centre de ses préoccupations, les accords de libre-échange avec le Canada (Ceta) et des accords avec des pays d'Amérique du Sud.

Le militant s'exprime 20 ans jour pour jour après la décision par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'autoriser les États-Unis à sanctionner l'Europe, qui refusait jusque-là d'importer du bœuf aux hormones. Paysans et militants, dont José Bové, se retrouvaient pour démonter le chantier du McDonald's de Millau (Aveyron), symbole de la malbouffe venue d'Amérique et du début d'un combat pour l'altermondialisme.

franceinfo : Il y a bien un McDonald's à Millau aujourd'hui, comme partout en France. Cela signifie-t-il que vous avez perdu ce combat-là, lancé il y a 20 ans ?

José Bové : Quand on a lancé ce combat, cela faisait une dizaine d'années déjà que nous avions lancé le mouvement contre l'introduction de l'agriculture dans les négociations internationales. Mais à l'époque, nous avions la crise de la vache folle et un nombre de problèmes alimentaires absolument invraisemblables. Cette action à Millau a permis au grand public de comprendre que dans leur assiette, tous les jours, la mondialisation faisait des ravages.

Cette (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi