Contrats AstraZeneca et Janssen probablement pas renouvelés : "C'est normal que lorsque l'éventail s'élargit, on soit un peu plus sélectifs", estime l'IRIS

franceinfo
·1 min de lecture

"C'est normal qu'au moment où on n'a pas le choix, on prenne ce qui existe. Et c'est normal que lorsque l'éventail s'élargit, on soit un peu plus sélectifs", a tempéré Anne Sénéquier, codirectrice de l’Observatoire de la Santé à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), vendredi 16 avril sur franceinfo. Quelques heures plus tôt, la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher annonçait qu'il était probable que l'Union européenne (UE) ne renouvelle pas ses contrats d’approvisionnement de doses de vaccins avec AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Certes, "aujourd'hui, est-ce que l'on peut s'en passer ? Bien sûr que non. Il nous en manque", admet-elle, mais "'il faut considérer la temporalité de cette affirmation". "Normalement, on devrait avoir la totalité de la population européenne vaccinée pour la fin de l'année", rappelle Anne Sénéquier. Et d'ici là, le portefeuille vaccinal se sera étoffé : "Sur le second semestre 2021, il devrait arriver d'autres vaccins d'autre type vaccinal, les protéines recombinantes comme le Novavax, le Sanofi, ou encore le CureVac, qui est lui un ARN messager, que l'on commence à bien connaître."

Empêcher une défiance générale sur le vaccin

"Donc, finalement, c'est normal qu'au moment où on n'a pas le choix, on prenne ce qui existe. Et c'est normal que quand l'éventail s'élargit, on soit un peu plus sélectif, estime la chercheuse de l'IRIS. D'autant plus qu'il faut aussi considérer le principe de réalité. Le principe de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi