Contrat minier avec la Chine : l’heure des comptes a sonné en RDC

·1 min de lecture
Selon les premiers élements du rapport de l'ITIE, alors que la RDC apporte l’essentiel des actifs de la Sicomines sous forme de gisements miniers, elle n’a que 32 % des parts sociales.
Selon les premiers élements du rapport de l'ITIE, alors que la RDC apporte l’essentiel des actifs de la Sicomines sous forme de gisements miniers, elle n’a que 32 % des parts sociales.

Félix Tshisekedi a eu beau proposer une évaluation des projets liés au contrat « sino-congolais » signé en 2008 par son prédécesseur Joseph Kabila en République démocratique du Congo, il y a peu de chances que cela suffise. Les Congolais sont plus que jamais décidés à mieux comprendre comment fonctionnent les mines dans leur pays. Ils n?attendront pas cette évaluation, encore moins le rapport de l?Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) qui porte sur la Sino-Congolaise des mines (Sicomines). Fondée il y a 13 ans à partir une convention entre l?État congolais et la Chine, cette société est soupçonnée de malversations.

À LIRE AUSSICode minier : l?autre nouveau défi de la RD Congo

Pékin bousculé sur le terrain?

Les manifestations de riverains se succèdent depuis la mi-août, date à laquelle les autorités provinciales du Sud-Kivu ont décidé de suspendre les activités d?entreprises chinoises soupçonnées d?« abus » manifestes et « multiples » dans l?exploitation de sites aurifères dans le territoire minier de Mwenga, dans l?Est. Cette décision, bien que contestée par la ministre nationale des Mines, n?a fait que renforcer un sentiment d?injustice qui s?exprime de plus en plus au grand jour, obligeant la Chine à réagir.

L?ambassade chinoise est montée au créneau via plusieurs canaux pour se défendre face aux prises de position perçues comme hostiles à la très forte présence de la Chine en RDC, à sa manière d?opérer dans le juteux secteur [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles