Contrainte de raser sa maison qui fait de l'ombre à sa voisine

Illustration de destruction d'une maison.

Une femme d'Essey-lès-Nancy est contrainte de raser sa maison, construite en 2011, car elle fait de l'ombre à celle de sa voisine. 

Une habitante d'Essey-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, est contrainte par la justice de raser sa maison, construite en 2011 qui fait de l'ombre à celle de sa voisine. «Je n'attendais pas [cette] décision, parce que j'ai tout fait pour me battre, pour garder ma maison. C'est dur pour moi», a dit à l'AFP Sarah Rebaï, qui se dit «abattue» par le rejet de son pourvoi en cassation la semaine dernière. En 2011, Sarah Rebaï avait obtenu un permis de construire pour bâtir une extension de 130 mètres carrés à sa maison. 

Elle s'installe avec ses deux enfants dans la nouvelle bâtisse, construite en conformité avec les prescriptions du permis de construire, et loue la demeure principale à des particuliers. 

Une lettre au président de la République 

Jusqu’au jour où sa voisine porte plainte au prétexte que la nouvelle maison fait de l'ombre à son jardin et sa terrasse. Elle obtient gain de cause devant la justice en première instance en 2014, puis en appel en 2015. «S'il y avait véritablement eu un problème d'ensoleillement et de luminosité, l'autorité administrative n'aurait pas délivré le permis de construire, elle l'a fait», a observé l'avocate de Sarah Rebaï, Me Françoise Thouin-Pallat. 

«Quand on connaît le dossier, on sait très bien que cette voisine n'habite pas sa maison. Madame Rebaï, c'est la sienne, elle y habite et elle en a besoin», a ajouté l'avocate. Sa cliente, au chômage, doit s'acquitter de 12 000 euros de frais de justice et doit rembourser son prêt immobilier de 178 000 euros, selon France Bleu Sud Lorraine. Elle a renoncé à saisir la Cour européenne des droits de l'homme, parcours qu'elle juge «trop compliqué». 

Ecrire au président de la République est sa dernière solution.


Retrouvez cet article sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages