Contraception : "un meilleur dialogue entre les femmes et les professionnels de santé"

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Contraception : "un meilleur dialogue entre les femmes et les professionnels de santé"

Pilule, préservatif, stérilet, patch, anneau vaginal… Il existe un moyen de contraception adapté à chaque femme. À l'occasion de la Journée mondiale de la contraception, le 26 septembre, Santé Publique France publie un baromètre des pratiques contraceptives des Françaises depuis 2010. La pilule a de moins en moins la cote. Les explications de Nathalie Lydié, responsable de l'unité santé sexuelle à Santé publique France.

  • Comment expliquer ce recul de la pilule ? Est-ce la conséquence des polémiques sur les risques des pilules de 3ème et 4ème génération ?

N. Lydié : "On constate en 2016 une nouvelle baisse de l'usage de la pilule. Cette baisse ne concerne que les femmes âgées de 20 à 29 ans et elle est moins forte que sur la période précédente de 2010 à 2013. On peut se dire que c'est la suite de la crise de la pilule en 2013. Il faut aussi garder en tête qu'on est sur une tranche d'âge où pendant longtemps la pilule a été prise de manière quasi-exclusive. Donc, je pense que cela peut peut-être traduire un meilleur dialogue entre les femmes et les professionnels de santé. On laisse peut-être plus le choix aujourd'hui aux femmes pour choisir la méthode qui leur convient".

  • Pourquoi l'utilisation du préservatif augmente ?

N. Lydié : "L' utilisation du préservatif augmente, en particulier chez les femmes de 25 à 29 ans. On voit qu'une partie des femmes qui abandonnent la pilule le font au profit du préservatif. On a un courant de femmes aujourd'hui qui ne veulent plus prendre d'hormones. Le (...) Lire la suite sur Francetv info

Glyphosate : le couac du gouvernement
Garde d'enfants : une aide supplémentaire de 138 euros par mois pour les familles les plus pauvres
L'ancienne formule du Levothyrox sera à nouveau disponible "à partir du 2 octobre", annonce la ministre de la Santé
Aluminium dans les vaccins : une étude relance le débat
Un patient en état végétatif depuis 15 ans retrouve des signes de conscience minimale grâce à la stimulation d'un nerf crânien

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages