Contrôle technique des deux-roues : Emmanuel Macron ne veut pas rajouter "de contraintes"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron persiste et signe. Le chef de l'Etat a défendu mardi auprès de l'AFP la suspension de l'instauration d'un contrôle technique pour les deux-roues à partir de 2023. C'est à la demande du chef de l'Etat que le gouvernement avait annoncé jeudi dernier de suspendre jusqu'à nouvel ordre cette mesure "pour ne pas embêter les Français", selon les mots d'un conseiller de l'exécutif. "Il ne faut pas, à un moment où nos concitoyens ont déjà beaucoup de contraintes, leur en rajouter", a insisté Emmanuel Macron mardi en marge de la cérémonie d'anniversaire de la libération de Bormes-les-Mimosas (Var), près du Fort de Brégançon où il est en vacances.

"Les sujets de sécurité routière sont des sujets importants, je les ai d'ailleurs totalement assumés durant mon quinquennat. Mais on ne peut pas sortir dans la torpeur du mois d'août des contrôles supplémentaires qui, en plus, sont pour 2023", a-t-il ajouté. "On va continuer le travail des concertations avec les fédérations (...) La concertation va reprendre sur une nouvelle base avec un objectif qui est d'améliorer la sécurité des conducteurs", a-t-il conclu. Avant d'être suspendu 24 heures plus tard, un contrôle technique bisannuel pour les deux-roues avait été instauré mercredi dernier par décret pour une entrée en vigueur progressive à partir de 2023.

>> A lire aussi - Contrôle technique des deux-roues : Emmanuel Macron fait marche arrière

Exigé par l'Union européenne depuis 2014 pour améliorer la sécurité routière, protéger (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La chute des prix du pétrole se poursuit
Il accuse un bar de lui avoir servi trop d’alcool et devient millionnaire
Île-de-France : l'incroyable technique de voleurs spécialistes de "l'arnaque à la tâche"
Sarthe : un médecin veut que ses patients présentent leur pass sanitaire
Covid-19 : l'épidémie s’accélère dans les trois quarts des départements, notre carte de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles