Contrôle du pass sanitaire : "On nous délègue une fonction qui n'est pas la nôtre"

·1 min de lecture

Le pass sanitaire - test Covid négatif, attestation de vaccination ou certificat de rétablissement - entre en vigueur dès mercredi dans les "lieux de loisirs et de culture" rassemblant plus de 50 personnes, sauf pour les 12-17 ans, exemptés de pass sanitaire jusqu'au 30 août. Il sera ensuite étendu aux cafés, restaurants, foires et salons professionnels, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux. Les salariés des secteurs concernés auront l'obligation de disposer d'un pass sanitaire à compter du 30 août. Sans justificatif, ils seront suspendus, sans salaire, avant un possible licenciement.

Une fonction de contrôle difficile

"Ce n'est pas notre conception du dialogue social", déplore François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) également patron d'une PME de menuiserie. "Les responsables de restaurants, les patrons de salles de sport, ont besoin de leurs salariés pour faire tourner leurs commerces et de leurs clients pour que cela fonctionne."

>>Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

"En attendant, ce que nous craignons, c'est un reconfinement. On nous délègue une fonction qui n'est pas la nôtre, de contrôle. Elle ne nous intéresse pas vraiment, mais s'il faut en passer là pour lutter contre la pandémie, nous y sommes prêts. En revanche, nous ne sommes pas les ennemis des uns et des autres", ajoute le président de la CPME, s'interrogeant sur l'obligation de contrôle par les pro...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles