Contrôle. Après Deraa, le régime syrien et ses alliés lorgnent Idlib

·1 min de lecture

Situé dans le nord-est de la Syrie, le dernier bastion islamiste et rebelle échappant au contrôle de Damas, frontalier de la Turquie, est le théâtre d’une intensification des opérations syriennes et russes. Le prélude d’une offensive à grande échelle ?

“Après Deraa, c’est le tour d’Idlib”, écrit le quotidien panarabe Al-Araby Al-Jadid. Après avoir fait plier les rebelles de Deraa après deux mois de siège et de combats, le régime syrien et ses alliés concentrent depuis quelques jours leurs efforts sur le dernier gros bastion djihadiste et rebelle, situé dans le nord-ouest du pays.

Depuis le début du mois de juin, les bombardements sur la région d’Idlib, frontalière de la Turquie, se sont intensifiés, notamment dans le sud de la province. Le 7 septembre dernier, c’est la ville éponyme qui a été visée par les forces prosyriennes et l’aviation russe. L’attaque, qui a tué quatre civils, était la plus meurtrière qu’ait connue la localité d’Idlib depuis environ dix mois, indique le journal libanais L’Orient-Le Jour.

C’est “un signe clair de la volonté du régime [syrien] et de ses alliés de traiter militairement” la question de la province d’Idlib, “la plus compliquée du pays”, souligne Al-Araby Al-Jadid.

À lire aussi: Reportage. Des millions de Syriens pris au piège dans le bastion rebelle d’Idlib

Région stratégique

“Compliquée”, car la région d’Idlib est régie par

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles