Que contient le texte qui étendrait les pouvoirs d'Erdogan sur lequel les Turcs se prononcent par référendum dimanche

Vincent Gibert

TURQUIE - Neuf mois après un putsch manqué contre Recep Tayyip Erdogan, les Turcs sont appelés à voter ce dimanche 16 avril pour ou contre une révision constitutionnelle, qui prévoit notamment la suppression du poste de Premier ministre au profit d'un hyperprésident qui concentrera entre ses mains de vastes prérogatives.

Le gouvernement présente cette réforme comme indispensable pour assurer la stabilité du pays, et pour lui permettre d'affronter les défis sécuritaires et économiques. Mais l'opposition y voit une nouvelle dérive autoritaire d'un homme qu'ils accusent de chercher à museler toute voix critique, surtout depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet par des militaires factieux.

Recep Tayyip Erdogan tenait samedi ses ultimes meetings de campagne pour rallier les électeurs à la veille du référendum crucial.

"Demain, la Turquie prendra l'une des décisions les plus importantes de son histoire", a notamment déclaré Erdogan, appelant les Turcs à voter en masse. "Les résultats s'annoncent bon", a-t-il affirmé. "Mais cela ne doit pas nous rendre léthargiques. Un oui fort sera une leçon donnée à l'Occident", a-t-il ajouté, après s'en être régulièrement pris à l'Union européenne pendant la campagne.

Le texte a d'ores et déjà été voté par le Parlement le 21 janvier et adopté avec 339 voix pour, soit neuf de plus que la majorité des trois-cinquièmes requise avant le référendum.

Désormais, l'avenir de la réforme ne dépend donc plus que du vote populaire. Et pour faire adopter une réforme dénoncée par certains partis d'opposition et les mouvements pro-kurdes, le gouvernement turc s'est lancé dans une vaste campagne pro-Erdogan, en Turquie mais aussi en Europe pour y atteindre la diaspora turque, avec les conséquences que l'on sait.

Plus de Premier ministre

Le projet de réforme prévoit le transfert de l'essentiel du pouvoir exécutif au président Recep Tayyip Erdogan qui nommera lui-même les ministres. Il désignera également un ou plusieurs...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages