Contestation. Le Khouzestan s’élève contre la gestion de l’eau par les dirigeants iraniens

·1 min de lecture

Depuis le 15 juillet, plusieurs villes iraniennes de la province pétrolifère du Khouzestan ont été le théâtre de manifestations provoquées par la raréfaction des ressources en eau, et réprimées dans le sang.

“La contestation au Khouzestan a été réprimée dans le sang”, peut-on lire sur le site Iran Wire. Mardi 20 juillet au soir, pour la sixième nuit consécutive, les Iraniens sont descendus dans des villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest du pays, pour protester contre le manque d’eau et les coupures très fréquentes d’électricité, explique le média basé à Londres. Le mouvement de contestation a, dès le premier soir, pris une tournure politique, ciblant même la plus haute autorité, le guide suprême Ali Khamenei. “À bas la dictature”, ont notamment scandé les manifestants. Selon le site, Internet a été coupé dans toutes les villes du Khouzestan à partir de 19 h 30 et n’a été rétabli que poaur de brefs moments”.

À lire aussi: Golfe. Le Khouzestan, une nouvelle pomme de discorde irano-arabe

Les forces de l’ordre ont répondu avec violence à la contestation pacifiste des habitants dans des villes comme Ahvaz, Susangerd, Izeh et Shadegan, tirant à balles réelles. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent de jeunes hommes couverts de sang alors que sifflent les coups de feu. Pour le moment, les autorités parlent de deux morts du côté des manifestants et d’un policier tué. Iran Wire relaye les chiffres qui circulent sur un groupe WhatsApp des habitants de la ville d’Izeh évoquant la mort de trois manifestants dans la seule nuit de mardi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon une source

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles