Contestation en Équateur : un accord trouvé entre les indigènes et le gouvernement

© Martin Bernetti, AFP

Le gouvernement équatorien a fini par céder aux principales revendications des indigènes pour mettre fin à près de trois semaines de manifestations et de blocages qui ont fait six morts et 600 blessés. L'accord prévoit notamment une baisse des prix du carburant.

Le gouvernement et les leaders indigènes d'Équateur ont signé jeudi 30 juin un accord mettant fin aux manifestations contre la vie chère qui paralysent le pays depuis plus de deux semaines, a constaté l'AFP.

Élaboré sous la médiation de l'Église catholique, cet accord prévoit une baisse totale de 15 cents (de dollar) du prix des carburants.

"Nous allons continuer la lutte, mais là, selon l'acte que nous avons signé, nous allons suspendre le mouvement" de protestation, a déclaré peu avant de signer le document Leonidas Iza, le chef de la puissante Confédération des nationalités indigènes (Conaie), le fer de lance des manifestations.

"Nous avons atteint la valeur suprême à laquelle nous aspirons tous : la paix dans notre pays. La grève est terminée. Nous entamons maintenant ensemble la tâche de transformer cette paix en progrès, en bien-être et en opportunités pour tous", a commenté de son côté sur Twitter le président conserveur Guillermo Lasso.

Levée de l'état d'urgence

L'accord prévoit notamment la mise en place d'un comité de négociations, la fin des blocages et des manifestations dans le pays, et la levée de l'état d'urgence. Il prévoit également l'abrogation d'un décret gouvernemental sur l'extension de l'exploitation pétrolière en Amazonie et la révision d'un autre sur l'extraction minière.

"Le mouvement indigène considère officiellement que la première étape du #ParoNacionalEcuador est terminée", a tweeté la Conaie, soulignant que "le respect des accords et des engagements signés sera évalué dans 90 jours". La signature du document a été saluée par des cris de joie au siège de la Conférence épiscopale à Quito, où les deux délégations se sont retrouvées jeudi matin.

À l'extérieur, des milliers d'indigènes étaient rassemblés depuis le matin, après avoir défilé sans incident dans le centre de Quito. Après un bref moment d'ébullition, la foule a pris le chemin de la Maison de la culture, un centre culturel leur servant de QG, où l'accord a été célébré aux cris de "Vive la lutte !" et avec un concert assourdissant de vuvuzelas.

Dans la soirée, des groupes d'indigènes commençaient déjà à plier bagage pour rentrer dans leurs communautés, suivant le mot d'ordre de leur leader : "Nous sommes fatigués (...), il est temps de rentrer à la maison."

Cet accord met en théorie fin à 18 jours de manifestations et blocages par les indigènes un peu partout dans le pays, et notamment au cœur de la capitale Quito, avec des épisodes de violences qui ont fait six morts et plus de 600 blessés.

La contestation a lourdement pesé sur l'économie de l'Équateur, en particulier sur l'extraction pétrolière, de même que sur la population, avec une hausse des prix et un début de pénurie de produits alimentaires et agricoles.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles