Contamination d'Emmanuel Macron au coronavirus : une transparence sur sa santé qui contraste avec l'histoire de la Ve République

Alors que l'Élysée a rapidement communiqué sur la contamination d'Emmanuel Macron au coronavirus, jeudi 17 décembre, la transparence sur la santé des présidents n'a pas toujours été la règle. Le 7 septembre 2005, Jacques Chirac sort de l'hôpital du Val-de-Grâce (Paris) après une semaine d'hospitalisation. Ce passage à l'hôpital avait été tenu secret pendant 24 heures. Par ailleurs, ce n'est qu'à la fin de son mandat que l'on apprend qu'il était beaucoup plus affecté que ce que disaient les communiqués officiels. Car en France, l'information sur la santé des présidents reste un sujet tabou. Georges Pompidou décédé dans l'exercice de son mandat Dès son élection en 1981, François Mitterrand promet la publication d'un bulletin de santé tous les six mois. En réalité, cette transparence n'était qu'un trompe-l'œil, le médecin de l'ancien président de la République couvrant la vérité sur son état de santé. Plus grave encore : le cas de Georges Pompidou, seul président décédé dans l'exercice de son mandat, en 1974. Sa santé se dégradait depuis 1972, mais c'était l'omerta autour du cancer du sang dont il était atteint.