Contamination à bord du Charles de Gaulle : un «excès de confiance» mais pas de «faute»

Le commandement du porte-avions Charles de Gaulle et son équipe médicale ont fait preuve d'un excès de confiance dans la capacité du bâtiment et de son escorte « à faire face au coronavirus », a dit la ministre des Armées Florence Parly devant la commission Défense de l'Assemblée nationale. Elle a ainsi livré les conclusions de deux enquêtes sur la contamination massive à bord du Charles de Gaulle.

Il y a eu des « erreurs, mais pas de faute », a déclaré la ministre des Armées ce 11 mai 2020. « Les enquêtes soulignent que le commandement et son conseil
médical ont eu une confiance excessive dans la capacité du groupe aéronaval et du porte-avions à faire face au virus (...) Elles n'ont pas signalé de faute concernant le commandement du Charles de Gaulle
 », a-t-elle expliqué.

Le porte-avions Charles de Gaulle naviguait avec le coronavirus avant son escale à Brest mi-mars. Les premiers cas de contamination sont sans doute apparus à
bord à l'occasion de rotations aériennes entre les escales du Charles de Gaulle à Chypre et à Brest, a-t-elle détaillé citant les conclusions des enquêtes d'épidémiologie et de commandement qui viennent de s'achever.

La ministre a également donné des nouvelles des marins du porte-avion Charles de Gaulle. 1035 personnels ont été testés positif au Covid-19 sur 1 790 personnes et sont guéris, un seul reste hospitalisé mais n'est pas en réanimation.