Qui a contaminé Boris Johnson ? Une personnalité française sur le banc des accusés

"Je me suis placé à l'isolement mais je vais continuer à diriger le gouvernement en visioconférence pendant que nous combattons ce virus." C'est par ces mots que Boris Johnson a annoncé sur les réseaux sociaux qu'il avait été testé positif au coronavirus ce vendredi 27 mars. Depuis, tout le monde s'affaire dans l'espoir de trouver qui a pu le contaminer et les britanniques pensent que c'est une personnalité française qui serait la responsable.

Outre-Manche, le doute n'est pas permis, c'est Michel Barnier qui a transmis le coronavirus au Premier ministre britannique. L'homme, en charge des négociations avec les futures relations avec le Royaume-Uni, a participé à une réunion de négociations sur un accord commercial post-Brexit qui s'est tenue à Bruxelles le 5 mars dernier, en présence de David Frost, l'homme de confiance de Boris Johnson comme révélé par le Daily Mail. Peu après cette réunion, Michel Barnier a révélé qu'il était atteint du coronavirus, David Frost a suivi, puis Boris Johnson.

La presse britannique accumule les papiers sur Michel Barnier et va même jusqu'à parler d'une "vengeance ultime du Brexit". Les tabloïds ont donc trouvé leur coupable et se persuadent qu'il est le patient zéro qui a fait entrer cette maladie sur les terres de la reine Elizabeth II qui est désormais confinée au château de Windsor. Désormais, tout est mis en oeuvre pour que la monarque de 93 ans ne contracte pas cette maladie virale qui pourrait s'avérer très dangereuse pour elle à cause de son

Retrouvez cet article sur GALA

Coralie Dubost : cette maladresse de la compagne d’Olivier Véran face à des Gilets jaunes
PHOTOS - Quelle jupe crayon porter selon votre morphologie ?
Jérôme Salomon sur tous les fronts : "Il a une vie de chien", témoignent ses proches
William et Kate Middleton en première ligne… tandis que Meghan et Harry ont choisi une autre vie en Californie
Robbie Williams : ses retrouvailles émouvantes avec ses enfants après 3 semaines de quarantaine