Consommation : ces "poissons moches" oubliés mais mis en avant par certains pêcheurs

Des pêcheurs bretons ont pris dans leur filet des poissons peu prisés, comme une vieille ou un congre, un imposant serpent de mer. Avec la raréfaction des espèces dites nobles, valoriser ces poissons dits "moches" est devenu une priorité. "On est obligés de se diversifier. On a pris que cinq bars aujourd'hui, car ils sont trop pêchés", affirme Gwen Pennarun, ligneur à Sainte-Marine (Finistère). 5 euros le kg pour la vieille Ces poissons méconnus sont, au contraire, présents en abondance dans les eaux bretonnes. Alors les pêcheurs ont une priorité : en tirer un meilleur prix. Sur une étale, la vieille est vendue à 5 euros le kilos. Alors le poissonnier en fait la réclame, jusque sur son mur, avec des slogans percutants, dénonçant "un délit de sale gueule". Il faut également convaincre les clients, parfois réticents et peu habitués à consommer ces poissons. Mais le congre peut se cuisiner au four, sur un lit d'oignons et de pommes de terre, ou en papillote... La vieille, appelée par certains "le poisson à chats", est également sous-côtée pour ce spécialiste.