Consommation : la livraison, le nouvel Eldorado pour les enseignes ?

Dans un contexte de crise sanitaire, la livraison des courses du quotidien connait un regain d'intérêt en France. Quelque part dans Paris, derrière une porte se cache une étrange supérette. On y trouve des rayons remplis de légumes, et des produits frais ou surgelés. Seulement aucun prix n'est affiché, uniquement des numéros. C'est un "dark store", un magasin fermé aux clients et dédié à la livraison ultra-rapide des courses. "Les allées font moins d'un mètre, ce qui nous permet de stocker un maximum de produits dans peu d'espace", explique Henri Kaboul, le cofondateur de Cajoo. Avec ses huit dépôts repartis dans la capitale, la start-up promet de livrer les Parisiens en moins de 15 minutes. Pour tenir le délai, il faut courir entre les rayons. Un rythme difficile à suivre, mais que le co-fondateur assume. "Chaque seconde est importante", martèle ce dernier. Un marché en plein développement Après la bataille des prix, celle du délai de livraison s'ouvre en France. Monoprix s'est lancé avec Amazon, Carrefour avec Deliveroo, et Casino avec Uber Eats. L'objectif est de conquérir les citadins en télétravail, de plus en plus séduits par l'idée de recevoir leurs courses en un minimum de temps. Pour rester dans le match, Franprix a décidé de s'appuyer sur ses magasins pour livrer en moins de 30 minutes. Ce sont les salariés des rayons qui remplissent les paniers. "Un petit peu stressant au début", reconnait l'un d'eux "mais on s'adapte". Les produits sont facturés 15% plus chers qu'en rayon, et peuvent être commandés sur le site du livreur. Alors, la livraison est-elle le nouvel eldorado des enseignes ? "Pour l'instant, la livraison à domicile n'est pas rentable (…) parce qu'il y a le coût du dernier kilomètre, il faut quand même monter les escaliers (...), explique Yves Puget, directeur de la rédaction du magazine LSA. Après, je crois que c'est un mal nécessaire pour beaucoup de distributeurs, peu importe que ce soit pas rentable, l'idée est tout simplement de s'accaparer le client."