Consommation : la consigne fait son grand retour

Dans ce restaurant de Grenoble (Isère), la moitié des ventes a emporter est vendue dans des boites réutilisables et consignées. Une manière d’économiser des déchets et car il est "beaucoup plus agréable de manger dans un contenant en verre que dans un contenant en carton", explique Elodie Illes, qui y travaille. Le client paye le récipient cinq euros et peut ensuite le rapporter et être remboursé dans l’un des restaurants du réseau, ou le réutiliser pour acheter un nouveau plat. Un concept de plus en plus populaire La consigne a de nouveau le vent en poupe dans l’Hexagone. Plusieurs réseaux se sont développés, dans les boulangeries, restaurants ou encore les cafétérias d’entreprise. Même la grande distribution s’y met. C’est le cas à Paris, dans un bar à salades : les clients ont le choix entre un emballage jetable ou en verre consigné. Les clients apprécient. "Au lieu de jeter, ça fait des plats pour mettre à la maison, ou dans la voiture", dit l’un d’eux, séduit. Il suffit de rendre la consigne dans un collecteur, contre un bon d’achat de deux euros. L'enseigne espère développer ce concept dans tous ses magasins. Aujourd'hui, la majorité des emballages alimentaires jetables sont incinérés ou enfouis en décharge.