Consommation : le Black Friday, ce concept américain qui a su convaincre l'Hexagone

© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Pour de nombreux commerçants, ce vendredi - jour de Black Friday - s'annonce particulièrement fructueux. Une occasion en or de faire gonfler le chiffre d'affaire annuel. Un évènement encore plus lucratif que les fêtes de fin d'années ou les soldes . D'autant que désormais, cette période dédiée aux promotions dans les magasins s'étend sur au moins une semaine et n'est plus cantonné au seul vendredi en question. Cette année, La Redoute a ouvert les hostilités dès le 9 novembre, Boulanger le 15 novembre tandis que Sephora, Amazon ou encore la Fnac se sont lancés le 18 novembre.

De la tech à l’alimentation

Ce concept venu des États-Unis a particulièrement séduit l'Hexagone et de plus en plus de commerces s'engouffrent dans la brèche. "C’est parti du e-commerce et de la tech et l’année dernière, on a vu que l’alimentaire a augmenté ses ventes de 6% sur la journée du Black Friday comparée à un vendredi normal", observe Thomas Graffagnino, expert du commerce chez SIA Partners.

>> LIRE AUSSIEUROPE 1 ET VOUS - Le Black Friday permet-il vraiment de faire des affaires ?

Si les promotions se multiplient, la lisibilité a plutôt tendance à baisser. Certaines enseignes n’hésitent pas à gonfler les prix dans les semaines précédant le Black Friday pour pouvoir afficher une réduction qui semble alléchante. Pour la première fois, cette année, l’Europe a fixé des règles pour éviter ces pratiques. Nul ne sait à ce jour si elles seront respectées.


Lire la suite sur Europe1