Consommation : en Ariège, une filière laine en circuit court

Dans la ferme de Paul de Latour, à Saverdun, en Ariège, la viande a toujours été la principale source de revenus. Mais depuis quelques années, l’éleveur valorise aussi les centaines de kilos de laine qu’il produit au sein de l’association Laines Paysannes. Il a créé cette structure en 2016, et regroupe aujourd’hui une douzaine d’éleveurs occitans soucieux de promouvoir leur matière première. "Ça va de laines qui sont très grossières, comme la Basco-Béarnaise qui va permettre de faire du tapis, ou par exemple du Mérinos, qui peut être porté à même la peau", explique le paysan. Des éleveurs mieux rémunérés À l’exception du lavage, qui se fait en Haute-Loire, cette filière laine est pensée en circuit court : de la tonte, à la filature et au tricotage réalisés dans le Tarn pour le prêt-à-porter, ou sur place pour les tapis. La boutique propose des produits de haute qualité à forte valeur ajoutée et qui permet surtout de mieux rémunérer les éleveurs. La laine de chaque produit est traçable jusqu’à son élevage d’origine.