"On est considérés comme des vieux torchons" : l'amertume des salariés des grands hôtels parisiens, menacés de licenciements

franceinfo
·1 min de lecture

Une vague de licenciements est redoutée en 2021 dans des grands hôtels parisiens. Ils sont quasiment vides à cause de l'épidémie. Le ministère de l'Économie prévoit pourtant de relever le plafond d'aide pour les hôtels et restaurants, notamment via le fond de solidarité - probablement à trois millions d'euros par an - mais l'avenir reste sombre pour le monde hôtelier.

Rendre le badge, le tablier, Salvatore Cotonné s'y prépare. Cuisinier depuis 18 ans au Méridien de la Porte Maillot à Paris, un hôtel 4 étoiles de 1 000 chambres, il redoute de recevoir sa lettre de licenciement. "En ce moment, c'est beaucoup de stress, beaucoup d'anxiété, beaucoup de questions aussi. On se demande qui va partir. C'est vrai que l'attente est très, très pesante depuis l'annonce du PSE [Plan de sauvegarde de l’emploi]." Depuis l'annonce en novembre par le groupe Mariott de la suppression de plus de 200 postes sur 500, Salvatore, qui est aussi délégué CGT du personnel, rumine. "C'est de la colère, c'est le manque de considération."

"On sort par la petite porte. C'est rageant, on se dit que c'est juste pour faire des économies et pour anéantir un petit peu cette famille-là. Cette bonne entente."

Salvatore Cotonné, délégué CGT du personnel

à franceinfo

Il rajoute : "Les sacrifices, je les ai faits. Maintenant on est considérés comme des vieux (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi