Un conseiller de Donald Trump promet une transition en douceur

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Des membres du personnel de la Maison Blanche, à Washington, le 12 novembre 2020 - Brendan Smialowski
Des membres du personnel de la Maison Blanche, à Washington, le 12 novembre 2020 - Brendan Smialowski

Le conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis a promis lundi une transition en douceur vers une administration Biden, alors que le président Donald Trump refuse toujours de concéder sa défaite face au démocrate.

Robert O'Brien, qui coordonne les questions de sécurité nationale à la Maison Blanche, a déclaré que le pays avait eu "des transitions pacifiques et réussies même dans les périodes les plus litigieuses".

"Évident" que "le ticket Biden/Harris est le gagnant"

"S'il est déterminé que le ticket Biden/Harris est le gagnant, et évidemment il semble que ce soit le cas maintenant, nous aurons une transition très professionnelle de la part du conseil à la Sécurité nationale, cela ne fait pas de doute", a dit Robert O'Brien lors du Global Security Forum, une conférence virtuelle.

En décalage avec le président Trump, Robert O'Brien a aussi affirmé que Joe Biden et sa colistière Kamala Harris avaient "des gens très professionnels" dans leur équipe, capables de reprendre les rênes.

"Ils méritent d'avoir un peu de temps pour arriver et mettre en oeuvre leurs politiques", a-t-il ajouté.

Trump refuse toujours de concéder la victoire

Presque deux semaines après l'élection du 3 novembre, Donald Trump affirme toujours qu'il a gagné et fait état, sans preuves, de fraudes.

Joe Biden doit être investi président le 20 janvier, que Donald Trump concède ou non sa défaite, mais l'agence qui gère la bureaucratie fédérale, la General Services Administration, refuse de certifier sa victoire, ce qui le prive d'informations classées secret défense et de moyens pour préparer la transition.

Robert O'Brien, avocat républicain de longue date, a aussi semblé reconnaître les résultats de l'élection en évoquant les efforts en vue de libérer Austin Tice, journaliste américain porté disparu en Syrie.

"Nous faisons tout notre possible pour récupérer Austin", a-t-il dit. "Le président voudrait le voir de retour avant de quitter son poste".

Article original publié sur BFMTV.com