Le Conseil supérieur des programmes veut renforcer l'éducation au changement climatique... et auditionne des climatosceptiques

Alexis Morel

L'instance chargée des programmes scolaires au cœur d'une polémique... climatique. Missionné par le ministre Jean-Michel Blanquer pour renforcer l'éducation au changement climatique à l'école et au collège, le Conseil supérieur des programmes (CSP) vient d'auditionner une vingtaine d'experts. Or le choix de certains d'entre-eux interpelle des spécialistes du climat, notamment celui de deux chercheurs qui remettent clairement en cause l'urgence climatique, comme l'a révélé le Canard Enchaîné. Ces deux scientifiques contestent les travaux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) et questionnent le rôle de l'activité humaine dans le changement climatique.

Ce choix est incompréhensible, pour la climatologue Valérie Masson-Delmotte, elle-même membre du Giec. "J'ai été vraiment stupéfaite de voir que le Conseil supérieur des programmes a choisi d'auditionner un climatosceptique revendiqué. Ce qui est important c'est le respect de la déontologie scientifique".

Ce qui est important c'est le respect de la déontologie scientifique. Soit on participe au progrès des connaissances, en faisant des publications à comité de lecture, soit on joue un autre jeu qui est celui de l'expression d'une opinion.

Valérie Masson-Delmotte

à franceinfo

La climatologue Valérie Masson-Delmotte s'alarme des critères de choix du CSP, entre simple opinion et expertise scientifique : "J'ai vraiment l'impression que le Conseil supérieur des programmes a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi