Le conseil politique des Républicains réuni avec 24 heures d'avance pour "évaluer" le cas Fillon

Alexandre Boudet
Gérard Larcher et Bernard Accoyer ont convoqué le conseil politique des Républicains.

POLITIQUE - Cette annonce a pris de court tout le monde. Même l'entourage de François Fillon ne s'y attendait pas. Le candidat était en train de terminer un discours fade durant lequel il a rappelé les grandes lignes de son programme quand le communiqué de son parti a été publié. Il annonçait la réunion ce lundi du comité politique des Républicains, avec 24 heures d'avance sur la date normale.

Cette réunion, organisée par Bernard Accoyer, secrétaire général du parti (nommé par François Fillon) et Gérard Larcher, président du comité politique, qui sont officiellement toujours des soutiens de l'ancien Premier ministre, doit servir à "évaluer la situation", au lendemain du rassemblement du Trocadéro.

Cette décision a été prise par les deux hommes, "compte tenu de l'évolution de la situation politique à sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle", formule figurant dans la convocation selon une source chez LR.

Le comité politique est une instance créée par François Fillon dans la foulée de sa victoire à la primaire. Tous les candidats ou des représentants (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et Bruno le Maire n'y sont pas personnellement) y participent de même que Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée, Bruno Retailleau, son homologue au Sénat. Les vice-présidents du parti (Laurent Wauquiez et Isabelle Le Callenec) y siègent aussi, de même que les deux secrétaires généraux adjoints (Gérald Darmanin et Annie Genevard) ou le président du conseil national (Luc Chatel), le président de la commission nationale d'investiture (Jean-François Lamour) et le trésorier du parti (Daniel Fasquelle).

Au regard de cette liste, les personnes qui ont déjà lâché François Fillon sont largement minoritaires. Mais la situation évolue tellement rapidement que prédire ce qui sortira de ce conclave paraît impossible.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages