Conseil national de la refondation: le volet santé lancé le 3 octobre et décliné en trois parties

François Braun, le 10 mars 2020 à Paris - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
François Braun, le 10 mars 2020 à Paris - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Le volet du Conseil national de la refondation (CNR) consacré à la santé, dont le lancement avait été annoncé pour fin septembre, débutera le 3 octobre et sera décliné en trois parties, nationale, territoriale et sous forme de consultation citoyenne numérique, a détaillé dimanche le ministre de la Santé, François Braun.

Cette grande conférence sur le système de soins, "on va l'appeler CNR santé car ce sera une déclinaison thématique du Conseil national de la refondation. L'idée est de partir du terrain, de faire du sur-mesure et pas du prêt-à-porter descendant du ministère", explique le ministre dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

Le coup d'envoi aura lieu "en province, dans une région où il y a des difficultés mais où on innove pour y faire face", précise-t-il.

Concertation nationale, réunion territoriales...

Dans un premier volet, "jusqu'au printemps 2023, une concertation (aura lieu) au niveau national avec les acteurs clés - professionnels et ordres de santé, élus, représentants des patients - afin d'aborder les questions transversales comme le partage des compétences", expose-t-il.

Le deuxième volet, jusqu'à la fin de l'année, consistera en "des réunions territoriales sous la houlette des pilotes départementaux des agences régionales de santé, en lien avec les préfets et les élus". Enfin, "une consultation citoyenne numérique, très large, sera proposée aux Français avec des questions sur leur vécu, qui sera lancée mi-octobre".

Emmanuel Macron a déjà assuré que "le défi de l'accès aux soins" serait "au coeur de l'enjeu" de ce CNR santé, jugeant "pas acceptables" les difficultés de nombreux Français à trouver un médecin traitant. François Braun s'était de son côté engagé à ce que "l'intensification de la lutte contre les déserts médicaux compte parmi les priorités et (soit) un objectif clair" des discussions.

Article original publié sur BFMTV.com