Le Conseil national de la Refondation se fera sans la NUPES

Photo
POOL / REUTERS

POOL / REUTERS

Emmanuel Macron photographié lors de son dicours à la Sorbonne le 25 août.

POLITIQUE - Il sera bientôt moins long de compter ceux qui y participent que ceux qui refusent l’invitation. Dans la soirée du mardi 30 au mercredi 31 août, EELV a fait savoir que les écolos ne participeront pas au Conseil national de la Refondation, voulu par Emmanuel Macron.

« Si c’était une véritable rencontre de travail on y serait allés. Mais là ça résonne plutôt comme un outil de communication. On ne voyait pas l’intérêt de s’y rendre », a justifié auprès de l’AFP la numéro 2 du parti, Sandra Regol. « C’est un énième comité dont personne ne sait comment il est structuré », a renchéri sur franceinfo Yannick Jadot ce mercredi.

Un refus sans détour qui intervient alors que la France insoumise, Les Républicains et le Rassemblement national ont déjà fait savoir qu’ils boycotteraient l’instance.

Une ligne qui devrait être suivie par le Parti communiste. « Sur le principe, nous sommes toujours ouverts à participer à des lieux de discussion sérieux. Mais en l’occurrence, la ficelle est grosse. C’est une manière de contourner le Parlement », a fait savoir à franceinfo un porte-parole du parti.

Emmanuel Macron isolé

Selon nos informations, le Parti socialiste s’apprête également à adresser une fin de non-recevoir à Emmanuel Macron. Une décision qui sera entérinée lors du Bureau national qui se tiendra mardi 6 septembre.

C’est donc l’ensemble de la NUPES qui boycotte le CNR, que le chef de l’État a prévu de lancer le 8 septembre.

Dimanche 28 août, le président du Sénat Gérard Larcher a lui aussi dit qu’il refusait de participer. « Je pense que cette instance ne peut parvenir à une rénovation de la démocratie à laquelle vous aspirez », a-t-il justifié dans un courrier adressé à Emmanuel Macron. Qui paraît plus isolé que jamais avec son CNR.

À voir également sur Le HuffPost : Rentrée scolaire 2022 : Ce qu’il faut retenir des annonces d’Emmanuel Macron

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi