Conseil national du PS : l'accord avec LFI en vue des législatives sera-t-il entériné ?

Les cadres qui arrivent devant le siège du PS à Ivry-sur-Seine ont la mine grave pour la plupart. Ils viennent au compte gouttes pour examiner l'accord de principe réalisé avec la France insoumise pour une union aux élections législatives . Peu de communication pour l'instant, si ce n'est l'élue Hélène Geoffroy. En désaccord avec l'union proposée, l'opposante d'Olivier Faure au dernier congrès précise que "ce conseil national sera un combat". Il s'agit d'un vote crucial pour l'avenir du Parti socialiste, et l'issue du scrutin est incertaine.

Tout au long de la journée, diverses oppositions interne se sont fait entendre. Carole Delga, la très puissante présidente de la région Occitanie, s'est fendue d'un communiqué assassin annonçant qu'elle voterait contre cet accord. Elle dit qu'il "ne correspond pas à ses valeurs", qu'il s'agit d'une "union de façade". Anne Hidalgo a ouvertement critiqué ce projet d'union en expliquant qu'il ne "respectait pas les personnes ni les élus implantés dans les territoires", mais qu'elle ne s'y opposerait pas. La Fédération de Paris du PS devrait par ailleurs s'abstenir.

"Tout n'est pas négociable"

"Cet accord n'est pas souhaitable en l'état. Il faut respecter à la fois les électeurs et les territoires. J'apprends que sur mon territoire, on aurait une inconnue qui viendrait de je ne sais quelle sensibilité, en remettant en cause d'ailleurs les principes européens, alors même que des milliers d'emplois chez moi dépendent des échanges européens&qu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles