Le Conseil français du culte musulman dans une forte tourmente

Karine PERRET
·3 min de lecture

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) est secoué par de sérieux différends internes, qui risquent de faire "imploser" cet interlocuteur privilégié des pouvoirs publics chargé notamment d'installer un Conseil national des imams, chantier voulu par Emmanuel Macron.

Gérald Darmanin doit recevoir "dans les prochains jours" son président Mohammed Moussaoui et plusieurs responsables de fédérations, a affirmé l'entourage du ministre de l'Intérieur à l'AFP, mais ni les modalités (ensemble ou séparément) ni la date n'étaient encore fixées lundi après-midi.

Dimanche, quatre des neuf fédérations du CFCM ont annoncé qu'elles allaient mettre en place une nouvelle instance - "une coordination" -, avec pour objectif de réfléchir à "la refondation de la représentation du culte musulman en France".

Ces fédérations - la Grande Mosquée de Paris, du Rassemblement des Musulmans de France, de Musulmans de France et de la Fédération Française des Associations Islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA) - avaient déjà quitté le bureau exécutif du CFCM mercredi soir, après un différend sur la tenue d'une réunion dans la journée.

Une nouvelle étape franchie, donc, immédiatement dénoncée par Mohammed Moussaoui, président du CFCM depuis janvier 2020, qui accuse les quatre fédérations dissidentes de vouloir "paralyser le CFCM".

Au coeur du conflit: le refus, en janvier, de trois autres fédérations dont les deux turques - le Millî Görüs et le CCMTF-, de signer la "Charte des principes pour l'islam de France", texte poussé par Emmanuel Macron dans sa lutte contre le séparatisme et qui réaffirme la "compatibilité" de la foi musulmane avec la République.

Selon les quatre fédérations dissidentes, emmenées par le recteur de la Mosquée de Paris Chems-eddine Hafiz, les réunions du CFCM ne peuvent plus se tenir avec les fédérations non signataires de la Charte. M. Moussaoui argue de son obligation de faire avancer les dossiers de cette instance, le tout dans la légalité statutaire.

- "risque d'éclatement" -

Depuis sa création en 2003, la gouvernance du CFCM est régulièrement minée par des différends internes entre les fédérations qui le composent et qui restent très proches des pays d'origine des communautés (Maroc, Algérie, Turquie...). En outre, l'inimitié entre M. Moussaoui (fédération proche du Maroc) et M. Hafiz (proche de l'Algérie) est de notoriété publique.

"Est-ce qu'au-delà des sempiternelles rivalités, le temps des fédérations est terminé ?", s'interroge Franck Frégosi, directeur de recherche au CNRS. "Ce qui se profile", c'est une "implosion" du CFCM, dit-il tandis qu'une source proche du dossier évoque un "risque d'éclatement".

"On est arrivés au bout de quelque chose", "il faut que cette instance représentative évolue", concède à l'AFP l'entourage du ministre de l'Intérieur, pour lequel la seule "ligne de fracture" désormais réside dans la signature (ou non) de la Charte.

"Nous continuons à parler aux uns et aux autres", a-t-on ajouté. "On attend leurs propositions" et "nous créerons les conditions d'un dialogue".

Le ministère préconise aussi une réflexion pour inclure "le niveau local", notamment avec les responsables de mosquées indépendantes du CFCM. Sont ainsi visés Kamel Kabtane, recteur de la mosquée de Lyon, ou encore Tareq Oubrou, imam de la mosquée de Bordeaux, qui "ont une vision théologique structurée et audacieuse".

M. Moussaoui plaide pour la mise en place "d'assises départementales" qui permettraient aux musulmans de décider de leur "mode de gouvernance", via des "conseils départementaux".

Selon une source proche du dossier, une réflexion est en cours pour que se tiennent des assises organisées par les préfets.

En attendant, c'est la mise sur pied du futur Conseil national des imams (CNI), présentée à grand coup de communication en novembre par l'Elysée dans le cadre de la lutte contre l'islam radical et les "séparatismes", qui est reportée. Cette structure est censée délivrer un agrément aux futurs imams, en fonction de leurs connaissances religieuses et leurs compétences pédagogiques.

Mais avec les derniers rebondissements du CFCM, "c'est la paralysie totale des chantiers de l'islam de France", souligne une source proche du dossier.

"C'est normal que ça prenne du temps", affirme l'entourage du ministre.

kp/pga/cbn