Conseil européen : vers un embargo sur le pétrole russe ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les Vingt-Sept vont-ils davantage sanctionner la Russie ? Alors que l'Ukraine est au cœur d'un sommet à Bruxelles, les Etats membres de l'UE  réfléchissent à un sixième paquet de sanctions contre Moscou, avec notamment l'embargo sur le pétrole russe.

La Hongrie défavorable à l'embargo russe

Une grande partie des Etats membres veut aller plus loin dans les sanctions visant la Russie. Il s’agit maintenant de se mettre d’accord. Au cœur des discussions : le fait d’arrêter d’importer du pétrole russe d’ici la fin de l’année. Mais c’est loin d’être gagné car la Hongrie n’est pas favorable à ce projet.

Ce pays dépend pour 65% de sa consommation du pétrole russe acheminé par oléoduc. Et le veto de Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, peut tout bloquer. Le dirigeant demande donc des garanties. Le compromis étudié ici est que l’embargo sur le pétrole russe ne concerne pas le brut acheminé par oléoduc, mais uniquement le pétrole transporté par bateau.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

L'unanimité requise pour adopter les sanctions

Mais même avec cette condition, Viktor Orban se montre extrêmement prudent. Il négocie la durée de cette exemption pour l’oléoduc. Il réclame quatre années quand la France par exemple ne veut pas que cela dure plus de deux ans… Il souhaite aussi avoir le droit de recevoir du pétrole acheminé par voie maritime si jamais quelque chose arrivait à l’oléoduc.

Bref, autant de conditions qui rallongen...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles