Le Conseil d'Etat rejette le recours d'un ex-magistrat qui proposait sa fille sur un site libertin

·1 min de lecture
Le Conseil d'Etat. Illustration - AFP
Le Conseil d'Etat. Illustration - AFP

Le Conseil d'Etat a rejeté lundi le pourvoi contre sa révocation formé par un ancien magistrat de Dijon, condamné en mars pour avoir proposé à des internautes de violer sa fille mineure.

"Le pourvoi n'est pas admis", a déclaré la juridiction administrative suprême dans sa décision.

Ce magistrat de 56 ans, dont le nom n'a pas été divulgué pour préserver l'anonymat de sa fille, a été révoqué par le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) en juillet 2021 avant que le tribunal correctionnel de Besançon ne le condamne en mars à deux ans de prison, dont un avec sursis. La révocation est la sanction disciplinaire la plus lourde qui puisse être prononcée à l'encontre d'un magistrat.

Signalement d'un utilisateur du site libertin

Vice-président du tribunal judiciaire de Dijon au moment des faits, le magistrat avait proposé à des internautes des relations sexuelles avec sa fille de 13 ans, sans passer à l'acte.

L'affaire avait démarré en octobre 2019 lorsque l'utilisateur d'un site libertin avait signalé qu'un homme proposait d'associer sa fille, âgée alors de 12 ans, à des ébats sexuels avec sa femme.

Sans antécédent judiciaire ni problème d'addiction, l'ancien magistrat avait reconnu être l'auteur de ces messages mais évoquait des "fantasmes qu'il n'aurait jamais concrétisés".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles